Pas de nguimb aux championnats d’Afrique de Beach Wrestling, nos lutteurs doivent trouver d’autres moyens pour se tirer d’affaires lors de ces joutes qui se tiennent à Dakar du 22 au 23 juin 2024.

L’arène nationale va accueillir les championnats d’Afrique de Beach Wrestling du 22 au 23 juin et l’entrée sera libre et gratuite. Le Sénégal va envoyer deux équipes lors de ces joutes. Mais cette forme de lutte est différente de celle que l’on pratique au Sénégal et en Afrique. Le DTN, Khalifa Sow revient sur les différences.   « Le Beach Wrestling est un peu différent de la lutte africaine. Chez les filles, on a une catégorie de 50 kg, 60 kg, 70 kg et plus 70 kg. Chez les garçons les catégories de 70 kg, 80 kg, 90 kg et plus de 90 kg. La diamètre de la circonférence de l’enceinte de la lutte africaine fait 11 m, pour le Beach Wrestling, le diamètre est de 7 m. Pour la lutte africaine, chaque équipe à le choix sur sa tenue, pour le Beach Wrestling, tous les lutteurs sont obligés de porter une culotte (pas de nguimb). Le temps de combat est de 3 mn, une seule manche, sans mi-temps alors que dans la lutte africaine, ce sont deux mi-temps de 3 mn chacune. Lors du combat, si un lutteur sort du cercle, le combat est arrêté et un point sera donné à son adversaire. C’est le cas, quand un lutteur pose un genou au sol. Si un lutteur totalise 3 points, il gagne le combat. Si un lutteur est terrassé de dos ou qu’il pose ses fesses, il perd le combat automatiquement. Durant le combat si un lutteur marque un point et que son adversaire égalise avant la fin du temps, c’est le lutteur qui égalise qui remporte le combat. Sitor Ndour fait partie des arbitres. Mais il y a un stage qui va se tenir et on aura d’autres arbitres », a indiqué le DTN au micro de Albourakh Events.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *